Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Le sachez-tu? Aujourd’hui, nous sommes le 20 février ! Et qui dit 20, dit nouveau TFGA !

C’est donc avec joie et félicité que je vous propose mon top du mois, consacré cette fois-ci aux duo mythiques dans le domaine.

Je vous encourage naturellement à aller lire le top originel by Alex et à faire le votre également!

TFGA-alex1-300x169

Numéro 5 : Sonic et Tails.

Sonic_And_Tails

C’est l’évidence même, non ? Quand le thème a été annoncé, je n’ai pas réussi à penser à d’autres personnages qu’eux. Apparu dans Sonic 2, Tails suit fidèlement Sonic dans ses folles aventures contre le Dr. Robotnik*.

Tails, c’est aussi l’opportunité pour un deuxième joueur de prendre la manette et d’aider Sonic dans son périple. Une aide parfois intéressante sur les boss, mais toute relative sur l’étendue d’un niveau : la caméra n’est centrée que sur Sonic et Tails peut rapidement se trouver hors champ.

Mais sa venue apporte également un mode compétitif à deux. Pas forcément adroit (il y a un système de vie), il a le mérite d’exister et permet à deux joueurs de s’affronter et de s’envoyer de bonnes piques dans la tronche.

Le rôle de Tails est étendu dans Sonic 3 où sa présence devient indispensable contre le boss de fin de la troisième zone, et généralement très appréciable pour atteindre des niveaux inaccessibles pour Sonic seul (c’est à partir de cet épisode que Tails peut porter Sonic quand il vole).

On peut toutefois regretter que ça n’aille pas plus loin dans les suites, Sonic 4 n’a JAMAIS eu lieu, les Adventure délaissent la coopération et enferment Tails dans un robot (dans le 2)…

Dommage.

*On en a déjà parlé, le Dr. Eggman n’existe pas. Arrêtez d’appeler, monsieur.

Numéro 4 : Jak et Daxter.

jak-and-daxter-the-precursor-legacy-wallpapers-jak-and-daxter-12836044-1056-792

Un de mes premiers wallpapers :’)

Avec Crash Bandicoot sur Playstation, Naughty Dog a frappé fort dans le domaine de la plate-forme. Une fois sa mascotte reléguée au second plan, il leur a fallu inventer un nouveau personnage pour l’ère Playstation 2. Et plus qu’un personnage, ils en ont créé deux : Jak et son ami Daxter. Au tout début du jeu, Daxter tombe malencontreusement dans de l’Eco noire (une espèce d’énergie négative ressemblant à du pétrole) et se voit transformé en une… beloutre. Oui, oui, une beloutre. Croisement de belette et loutre, le désormais diminué Daxter est juché sur l’épaule de Jak et ne se prive pas pour ponctuer le jeu de ses remarques et de son humour.

Jak étant muet (du moins dans le premier épisode), il faut bien meubler. Et pour ça, Daxter n’est pas le dernier. Vous mourrez ? Votre fidèle ami vient vous invectiver en vous demandant comment il va retrouver sa taille, espèce d’incapable.

Les hasards de la vie font que Daxter ne retrouve jamais son aspect d’origine et reste donc aux côtés de Jak pendant plusieurs jeux sous sa forme de rongeur. Il devient même LA bouffée d’oxygène d’une saga qui s’assombrit énormément dès le deuxième opus. Sans lui, je doute que la série aurait eu le même succès.

Numéro 3 : Hibou et Pikachu.

J’ai connu toutes les itérations de Pokémon, à l’unique exception de la génération Noir et Blanc 2. J’ai découvert avec Pokémon Bleu, mais le premier que j’ai possédé, c’était le Jaune.

Pokémon Jaune est, pour ainsi dire, le meilleur jeu de la saga avec la version Argent. Déjà parce qu’il n’y a que 151 bestioles, et pas 2 146. [Mode vieux con ON] Je les connaissais par cœur et ils ressemblaient à quelque chose, contrairement à ce qu’on a pu avoir ces dernières années [Mode vieux con OFF].

Ensuite, cette édition-là se veut plus fidèle à l’animé et permet donc au joueur d’avoir accès aux trois starters des versions Bleue/Rouge sans avoir à choisir. En fait, on ne choisit même pas son starter, vu que celui-ci est imposé : il s’agit bien évidemment de Pikachu.

Et, à l’instar dudit animé, Pikachu a son petit caractère et refuse d’aller dans sa pokéball, par conséquent, il nous suit fidèlement pendant tout le jeu !

025

C’est du coup très sympa et vivant de se promener avec notre Pikachu, on peut lui « parler » fréquemment pour prendre la température et savoir s’il est content ou bougon.

Une idée toute bête, mais qui a le mérite de fonctionner et de donner à Pokémon Jaune une identité bien particulière par rapport aux autres, j’ai toujours regretté que l’idée ne soit pas reprise par la suite.

Numéro 2 : Batman et le Joker.

 Bon, j’avoue que ce duo-là est un peu particulier. A l’instar de la seule présence du Joker dans mon TFGA des méchants (offert en supplément ici) auquel j’accole aujourd’hui l’inévitable Batman, ces personnages profitent énormément de leur aura hors jeux vidéo. Je ne vais pas refaire un historique des précieuses apparitions du Joker (NICHOLSON, putain, LEDGER, putain, HAMILL, putain, THE KILLING JOKE, putain de putain de putain) ou de Batman (CONROY, putain, KEATON, P-U-T-A-I-N), puisqu’il me faut me concentrer sur la saga des « Arkham » débutée sur la génération précédente de consoles et terminée (pour le moment) sur la génération actuelle.

batman_arkham_asylum2

 Si l’on se remémore mon article sur Arkham Knight (consultable pour les membres Freemium ici), on n’aura pas forcément beaucoup plus d’informations sur ce que je pense, mais ça fait de la publicité gratuite, je suis chez moi, je m’autocongratule.

 D’accord, d’accord. Au-delà donc de ce côté extravidéoludique (c’est beau, non ?), ce duo est forcément à part dans la liste, dans la mesure où il n’en est pas un. Point d’alliance entre les deux, le Joker est à l’origine d’à peu près toutes les merdes qui tombent sur la tronche de Batou et c’est à nous de l’arrêter.

 Sauf qu’évidemment les performances de Conroy (Batman) et Hamill (Joker) en font des personnages ultracharismatiques d’une part, mais surtout des sparing partners génialissimes. Le Joker a toujours un bon mot (ou un bon tacle) face à un Batman impassible et froid, leurs échanges sont dynamiques et le lien est d’ailleurs renforcé dans City où Mister J. communique avec Batman par radio.

 Maintenant, parlons d’une autre facette de ce duo, mais avant toute chose, sachez que je m’apprête à spoiler comme pas permis. Eloignez-vous si vous ne voulez rien savoir.

 – SPOILERS –

 Ceux qui ont fait Arkham Knight savent certainement de quoi je vais parler : la présence quasi constante du Joker en hallucination. Forcément, le personnage étant mort lors de l’épisode précédent, Rocksteady perdait là son atout majeur. Du coup, quoi de mieux qu’une toxine malveillante donnant à Batman l’opportunité de discuter avec un Joker réincarné en mauvaise conscience ? Enfin, « discuter » est un bien grand mot, seul le clown parle, pour notre plus grand bonheur. Ses apparitions, parfois imprévues sont l’occasion de souffler ou de dédramatiser une situation. Une énorme surprise, un vrai délice et un très bon emploi du personnage. Et voilà qui renforce encore la carte d’un duo pourtant salement amoché par la fin de City.

 – FIN DES SPOILERS, RETOUR A NOTRE PROGRAMMATION –

Numéro 1 : Mickey et Donald.

Premier jeu en ma possession, World of Illusion aura à jamais une place de choix dans mon petit cœur. Perdu dans un monde magique, le joueur a la possibilité d’incarner Mickey ou Donald. Et si, par chance, ce même joueur dispose d’une deuxième manette et d’une petite sœur volontaire*, et bien la partie peut se jouer en coopération.

World_Underwater

Le jeu est déjà généreux suivant le personnage que l’on incarne (les niveaux diffèrent d’un personnage à l’autre), mais il a une toute autre saveur à deux, d’autres niveaux apparaissent et la bonne coopération est obligatoire pour avancer.

Et puis bon, un jeu Disney de la période Megadrive, c’est l’assurance d’une qualité exemplaire, d’une bande-son parfaite, de graphismes mignons et d’une ambiance magique avec ces deux icônes.

Toute la problématique est de savoir qui se coltine Mickey, en fait.

 * Spéciale dédicace à toi, mon éternel et meilleur joueur 2 \o/


 Bon ben voilà, hein. A très bientôt pour de nouvelles aventures… Spatiales.

OMG CE TEASING DE OUF GUEUDIN.

(« Purée, le mec va encore nous faire chier avec Star Wars, je le sens. »)

Publicités