Appelé de nos cris désespérés lors d’un vote faussé par le complot illuminati (au bas mot), le TFGA accueille ENFIN le thème des cinq péchés capitaux.

TFGA-alex1-300x169

L’avantage, c’est qu’on peut en occulter facilement deux, c’est plutôt sympa. Je vous propose déjà d’aller voir ce qu’Alex a trouvé à dire sur le sujet…

Mais pas trop longtemps quand même, j’ai travaillé dessus aussi. Plus que pour le dernier en tout cas.

C’est parti !

Numéro  5 : L’Envie – Les autres, forcément.

Dans ma désormais conséquente carrière de joueur, j’ai eu une belle quantité de consoles et de jeux. Je m’aperçois aujourd’hui que j’ai été plus consommateur que collectionneur, surtout quand je vois la liste faramineuse de choses que possèdent les copains sur Twitter.

6359095875127386691657318072_VGC Family Portrait

Moi ? J’ai été suffisamment bête pour revendre à tour de bras ce que je considérais alors comme inutile. Bref, de mes jeunes années ne me restent qu’une Megadrive avec une demi-douzaine de jeux alors que j’en ai possédé bien plus (ainsi qu’une Super NES).

Dans ces conditions, la perspective de cette NES Mini sortant en novembre me plaît énormément.

Numéro  4 : La Luxure – Les personnages intelligents physiquement.

Si je vous parle de Dead Or Alive, Soul Calibur ou même Dragon’s Crown, accolés au mot « luxure », je pense que vous avez tout de suite saisi de quoi ce point retourne.

Si je décernerais volontiers la mention d’honneur à Ivy et Taki dont chaque nouvelle apparition semble être l’occasion d’arborer une poitrine encore plus imposante que dans les opus précédents, je tiens tout de même à rendre à César ce qui appartient à… Tifa.

8d6b93eae8d28293563d0f33ed87c80a

Vous vous attendiez à une autre image? Non, mais c’est une enseigne respectable, ici.

Je pense que les quelques amateurs de Final Fantasy VII d’alors comprendront de quoi je parle, d’autant plus s’ils ont eu accès à Internet dans les mêmes eaux… Internet m’a fait découvrir un genre de manga dont j’ignorais l’existence par le biais d’une Tifa fort peu vêtue.

Numéro 3 : L’Avarice – Diablo 3.

Je n’ai jamais vraiment bien cerné l’intérêt de l’argent dans les hack’n’slash. Déjà dans Diablo 2, je me retrouvais à avoir la quantité maximum d’or, mais alors dans Diablo 3, ça se chiffre en dizaines de millions de pièces que je ne dépense pour ainsi dire jamais.

QOPLBQZVU6MY1407907044434

J’ai amélioré mes artisans au maximum, je ne crée jamais d’armes ou de joyaux parce que je m’en tamponne… Bref, j’emmagasine mes piécettes comme un dragon dans sa grotte, ne dépensant mon butin qu’à une seule occasion : la réparation de mon matériel.

On m’appelle le Picsou de Sanctuary.

Numéro 2 : La Gourmandise – Castle et World of Illusion.

Dans le rayon des jeux de plate-forme, il y a une thématique que j’apprécie particulièrement, c’est les niveaux sur la bouffe.

level4-5a

Et dans le domaine, Castle et World of Illusion sont mes chouchous avec ces niveaux pâtisseries où règnent bonbons et gâteaux dans un univers rose du meilleur effet.

L’idée se retrouve bien évidemment dans d’autres jeux, dont le relativement sympathique Sonic Colors, mais c’est clairement chez Mickey que j’ai dégusté ce thème.

Numéro 1 : La Paresse – World of Warcraft.

Il me semble avoir déjà évoqué auparavant que si je suis un vieux joueur de WoW, je ne suis en aucun cas un des plus méritants. Je n’ai jamais fait de raid autrement qu’en solo, ou à deux, après tout le monde, les montures les plus prestigieuses ne sont miennes que si j’ai un niveau bien supérieur pour les avoir (exemple : les drakes du néant) et je ne vous parle même pas de mon stuff de la chouette.

WoWScrnShot_071816_224213

Mon occupation principale en attendant Legion.

Mais j’ai clairement atteint les sommets du poil dans la main avec Warlords of Draenor où j’ai fini par ne me connecter que pour lancer les quêtes de mes sujets et récupérer les récompenses qui y étaient liées. Après tout, en bon commandant, je dirigeais mes troupes depuis le fief sans en ramer une sur le terrain.

J’ai presque honte.

Bon, et bien voilà pour moi, je m’en vais voir les Cinq Mercenaires ou essayer de trouver les cinq Dragon Balls. 

Publicités