On est le 20 du mois ! J’adore ce jour désormais. Grâce à Alex Effect, je bénéficie d’une bonne raison pour poster un article avec une ligne directrice toute trouvée, et l’éternel fainéant que je suis ne peut qu’apprécier.

Or donc, voici le TFGA n° 7 consacré aux « sons que nous n’oublierons jamais ». Alors là, j’avoue que j’ai été mis sur le séant.

Autant avec les trois précédents, j’avais quand même quelques idées qui me sont rapidement venues en tête, autant avec cette nouvelle édition, je me suis heurté à une sérieuse difficulté : qu’entend-on par « son » ? Un bruit isolé ou toute une musique ? Incapable de trancher, il a bien fallu que je demande son avis au Seigneur et Maître de la question. Verdict : j’fais c’que j’veeeeeeeeux, wouhoooou !

Doooooooonc… « Heaven or Hell ? Let’s rock ! »

Numéro 5 : “Finish Him ! » – Mortal Kombat.

Je n’ai plus joué à Mortal Kombat depuis environ 15 ans. Alors, s’il y a bien un son qui va dans cette liste, c’est la petite phrase prononcée en tout fin de combat. Accompagnée de lettres rouge-sang, ce fameux « Finish Him »  augure, pour qui connaît les manipulations, bains de sang et hurlements : c’est là qu’on peut placer les fameuses Fatalities, Brutalities, Animalities, Friendship et autres Babylities.

Si les deux dernières ont le mérite de prendre à contre-courant l’univers violent de la série, les trois premières sont en revanche une surenchère gore du meilleur effet quand ta grand-mère entre dans la pièce pour voir ce que tu fais (la saine époque où les parents et la société se contrefichaient de ce que tu mettais dans ta console et s’en mordaient les doigts après).

Numéro 4 : Le logo Konami dans Metal Gear Solid.

Mais si vous savez ! « Tu-tu-tu-tututu… Tu-tu-tu-tututu ». Voilà, ça vous revient ? La sensation du combat ? L’entrechoquement d’os et de t… Pardon, je m’égare.

Booooon, j’avoue que ça a été difficile sur ce coup. Il fallait que je case MGS à un moment parce qu’il est parsemé de musiques dont je garde un souvenir impérissable : la musique d’alerte, la musique de boss, la musique contre Rex, les premières notes de The Best is Yet to Come me filent des frissons rien qu’à y penser. Du coup, devant tant de bons morceaux… Je me suis tourné vers les premiers sons que l’on entend. Ça met tout de suite dans l’ambiance du jeu, tu sais avant même d’atteindre l’écran-titre (au cas où tu aurais oublié ce que tu as lancé) que tu ne joues pas à un énième ISS (à l’époque), tu joues à un des meilleurs jeux de tous les temps.

« Fais-moi sentir… Fais-moi sentir vivaaaaaant ! »

Numéro 3 : « Encore du travail? » Warcraft 3.

Lors du précédent TFGA, j’ai évoqué ma faiblesse (nullité) quand il est question de RTS. Il en est pourtant un que j’ai adoré : Warcraft 3. Le genre ne m’avait jamais vraiment passionné plus que ça, mais Blizzard a réussi le tour de force de me faire finir ce jeu et son extension.

Grâce à une histoire prenante, des personnages charismatiques, un gameplay relativement accessible (mais il me faudra toujours utiliser à un moment où à un autre un cheat code parce que je suis soit trop mauvais, soit impatient, la honte.) et des péons stupides (chez les humains et les orcs). Ce sont donc ces derniers que je garde affectueusement en mémoire avec leurs répliques de feignasses. D’autant que leurs voix sont reprises encore maintenant dans World of Warcraft (a.k.a. le jeu qui m’a volé 10 ans).

«  Je ne suis pas un gentil orc ! »

Numéro 2 : Ice Cap Zone – Sonic 3.

Je me suis vraiment beaucoup creusé la tête sur cette deuxième place. J’ai finalement juste évoqué des voix jusqu’à présent. Or les jeux vidéo, c’est aussi des musiques. Le problème, c’est que j’ai joué à des centaines de jeux : des musiques, j’en ai adoré par camions entiers. Il fallait donc que je trouve une musique qui me parle, que je fredonne fréquemment… J’avais bien pensé à The Decisive Battle de Final Fantasy VI, mais ça n’est pas le plus représentatif du joueur que je suis. Ce qui me représente en revanche, c’est le genre plate-forme et plus précisément les Sonic période MegaDrive, dont le 3 a toujours été mon épisode préféré.

Et là, Ice Cap Zone remporte ma voix. Le niveau s’ouvre d’entrée sur une (trop) courte séquence de snowboard et se poursuit dans un niveau enneigé et gelé de toute beauté. Les deux actes me plaisent tellement qu’ils en deviennent bien trop courts. Le tout est réhaussé par une musique parfaite et rythmée. La légende dit que Michael Jackson himself a participé à l’élaboration de l’OST de cet épisode, ça ne rend le tout que plus formidable à mes oreilles.

C’est bien simple, je l’aime tellement qu’elle a été pendant longtemps ma sonnerie de portable. Ouais.

Numéro 1 : Les anneaux dans Sonic.

Je ne pense pas être très original avec cette première place sur le podium, d’autant que je viens tout juste de parler de Sonic, mais peu m’importe ! Si je devais garder un son, c’est celui que l’on entend quand Sonic (ou Tails ou Knuckles) attrape un anneau dans les jeux sur MegaDrive. Inchangé, caractéristique, reconnaissable entre mille, c’est le son implicite du réconfort.

Réconfort, parce qu’avec un anneau au compteur, notre personnage sera assuré de survivre à un coup. Et plus tard, si on a rassemblé les Chaos Emeralds et qu’on dispose de 50 anneaux, ceux-ci permettent la transformation en Super Sonic/Tails/Knuckles (repompage obvious de Dragon Ball Z, soit le dessin animé préféré des gamins de bon goût qui jouaient à Sonic dans les années 90) et à partir de là, c’est la folie dans les studios : invincibilité, rapidité poussée à l’extrême, sauts plus importants, rien ne semble résister à cet état (sauf une vilaine chute dans un précipice ou un manque d’oxygène).

C’est bien simple, ce son m’est tellement familier que ça a été pendant longtemps ma sonnerie de sms (bis).

Les anneaux, c’est la vie.

Si seulement j’avais pu faire un top 10, je vous aurais parlé du saut de Mario, des musiques de Guilty Gear X, des ventouses de Quackshot, la musique clôturant les combats dans Final Fantasy, mais malgré tout je ne résiste pas à l’envie de vous mettre… Le rire de Ripper Roo (Crash Bandicoot), un grand moment :

 Un grand merci à toutes les personnes qui ont mis ces vidéos sur Youtube!