Étiquettes

, , , ,

Ce n’est un secret pour personne, je suis terriblement accro à l’univers Warcraft. La sortie de Legion a été l’occasion pour moi de m’y remettre avec entrain et joie, deux mois à l’avance.

 Cet article inaugure une nouvelle section dédiée au jeu que je vais m’efforcer de remplir du mieux que je peux. En l’occurrence, il s’agira pour moi de parler de mon avancée, de ce que j’aime ou pas (restons objectif !) dans la joie et la bonne humeur.

 L’exercice promet d’être doublement délicat puisque je m’imposerai de ne pas spoiler quoi que ce soit, sauf cas extraordinaire.

WoW-Légion-Titre

 C’est par ici, et on va commencer gentiment avec les préludes de l’invasion.

 Coutume pré-extension, Blizzard nous gratifie d’events préparant l’apparition du nouveau contenu. En l’espèce, il s’agit pour le joueur de lutter contre les incursions de la Légion Ardente dans Azeroth.

 Cela a pris deux formes distinctes. Une première orientée multi désormais terminée où il fallait s’unir avec les autres joueurs afin de bouter les démons hors de six régions d’Azeroth.

 Ces invasions ont été une excellente surprise me concernant, les joueurs ont répondu massivement à l’appel, alléchés par deux grosses carottes : du stuff et de l’xp.

 Car si le côté coopératif n’était pas toujours présent (j’attends encore qu’on soigne ma tank…), on pouvait se consoler en obtenant de bonnes pièces d’équipement pour qui n’était pas correctement habillé ET énormément d’expérience pour ceux qui n’étaient pas niveau 100.

 Cette opportunité m’a permis d’atteindre le niveau maximum avec 4 personnages différents sans faire de quêtes. L’un d’entre eux partait du niveau 73 tout de même.

 Ce premier point était donc une excellente idée de la part de Blizzard, les invasions devenant addictives et incontournables.

 Deuxième élément, plus axé sur le lore de Warcraft, la bataille du Rivage Brisé.

 Dès le niveau 98, il vous est proposé de vous rendre au Rivage Brisé et de côtoyer de grands noms de Warcraft afin de repousser la Légion. L’issue de ce scénario épique et prenant, quel que soit votre bord, a un impact durable sur votre faction et c’est très appréciable.

 En fait, depuis WotlK et surtout Cataclysm, il faut reconnaître à Blizzard sa volonté de modifier le jeu. Un changement de chef de faction par-ci, des régions qui changent par-là, le joueur est modérément bouleversé dans son environnement, sans que ça aille trop loin. Point de modification des factions par exemple, une idée que j’appelle pourtant de mes vœux depuis des années, pas de possibilité de faire des subtilités dans les races non plus (haut-elfe/elfe de sang, marteau-hardi/sombrefer, etc.) qui impliqueraient probablement des altérations des alignements de toute façon.

 Bref, le lore est vivant et ce scénario nous le prouve à nouveau, même si les répercussions à moyen terme restent à voir.

 Ce mois pré-Légion a réellement ravivé la flamme et c’est le cœur battant que j’ai pu créer un chasseur de démons.

AFAV42-noscale

 Classe attendue et espérée s’il en est, auréolée de la gloire d’Illidan, le chasseur de démons débute son aventure au niveau 98 et nécessite d’avoir un personnage de niveau 70 pour être débloqué. Sa zone de départ, Mardum, sert de tutoriel et est très riche en informations.

 Dans les faits, on passe un excellent moment, la classe est à mi-chemin entre un voleur et un guerrier, dynamique, puissante, mais malheureusement assez fragile. Les attaques sont brutales afin de réduire au maximum des affrontements qui risqueraient de tourner en défaveur du chasseur de démon. En effet, nos Illidaris ne disposent pas de capacités de soin, renvoyant aux heures les plus ardues de Vanilla. Dès lors, incarner un chasseur de démons s’avère parfois délicat, notamment lors des invasions dont je parlais plus haut, où j’ai passé le plus clair de mon temps planqué, parce que sacrément touché.

 Cela n’empêche bien évidemment pas de profiter d’une classe au lore riche, aux attaques stylisées et à l’identité unique. Le double saut ainsi que le vol plané offrent un confort de jeu vraiment sympathique, permettant d’atteindre plus facilement des endroits inaccessibles aux autres. En revanche, léger bémol au sujet des elfes de la nuit femelles, affublées de cris proches de la goule putréfiée. Ça gâche un peu le truc et j’ignore si les trois autres représentants des chasseurs de démons souffrent du même défaut.

 Tout ceci nous a mené au 30 août et à la sortie de Legion, dont je vous parlerai plus tard. A bientôt sur nos ondes !

Publicités